L’ÉGLISE ORTHODOXE „SAINTE TRINITÉ” MAIERI I

L’ÉGLISE ORTHODOXE „SAINTE TRINITÉ” MAIERI II
octobre 23, 2017
LE CIMETIÈRE MAIERI
octobre 23, 2017

P

Cette église située dans le quartier Maieri I, a été la dernière construite au XVIIIe siècle pour les orthodoxes roumaine qui habitait « la ville d’en bas », après celles des quartiers Maieri II, Centre et Lipoveni, construites pour les grecs-catholiques roumains. Une mosaïque, au-dessus de l’entrée rappelle que l’église se trouve sous le patronage de la Sainte Trinité.

L’église respecte le plan-type d’une église de rite byzantin. Elle est bâtie de façon que l’entrée se trouve à l’ouest et l’autel, à l’est. La nef principale est surmontée d’un massif dôme du clocher à l’ouest et d’une abside abritant le sanctuaire, à l’est. L’église a été repeinte en 1992.

Que la construction se fit après 1785, année de l’exécution de Horea et Closca, deux des trois dirigeants de l’émeute qui secoua la Transylvanie en témoigne la plaque en marbre qui rappelle la date de 28 février 1785 et le lieu l’exécution, la Colline des Fourches de la ville.

Enfin, une autre plaque en marbre, rappelle le passage en 1866, du poète Mihai Eminescu, en route à la rencontre de l’Association pour la Littérature et la Culture du Peuple Roumain de Transylvanie (ASTRA)

On sait que pendant l’assemblée nationale du 1er décembre 1918 qui décida l’union de la Transylvanie à la Roumanie, une messe solennelle se déroulait dans l’église orthodoxe de la Sainte Trinité, tout comme dans l’église grec-catholique située dans la proximité, marquant ainsi l’important moment de l’histoire du pays.

L’église « Sainte Trinité », qui a toujours appartenu aux orthodoxes, a échappé aux querelles entre les fidèles orthodoxes et grecs-catholiques autours du patrimoine détenu avant 1949, l’année de nationalisation des biens mobiliers par l’Etat.

 

Français